Lettre circulaire du 14/02/2018

  • Philippe de Bellescize
    Philippe de Bellescize

    le 17/02/2018 à 20:54 Citer ce message

    Bonsoir,

    Suite à mon dernier livre "Et si Einstein s'était trompé sur un point capital dans son analyse aboutissant à la relativité restreinte", j'ai écrit une lettre circulaire. Je viens de la mettre en ligne:

    http://www.leprincipemoteurdelunivers.com/pages/lettre-circulaire-du.html

    Voir à gauche Menu

    N'hésitez pas à informer les personnes pouvant être intéressées par ce sujet.

    Cordialement
    Philippe de Bellescize
  • Philippe de Bellescize
    Philippe de Bellescize

    le 21/03/2018 à 11:38 Citer ce message

    Bonjour,

    Voici le texte du mail que j'ai transmis le 20/03/2018 aux différents destinataires de la lettre circulaire (sauf le dernier destinataire dont je n'ai pas l'adresse mail):

    http://www.leprincipemoteurdelunivers.com/pages/mail-suite-a-la-lettre-circulaire-14-02-2018.html
    voir suite 1 à la lettre circulaire

    Se reporter au menu à gauche

    Bien cordialement
    Philippe de Bellescize
  • Zefram
    Zefram

    le 21/03/2018 à 15:28 Citer ce message

    Bonjour,
    Dans quel cas de figure, la vitesse de la lumière ne pourrait plus être invariante, qui n'aurait pas été évoqué par théorie de l'éther de Lorentz?
  • Philippe de Bellescize
    Philippe de Bellescize

    le 02/04/2018 à 12:01 Citer ce message

    Bonjour,

    Pour ce qui concerne la LET, je crois que tu m’as dit que l’on avait été obligé, à un moment donné, de considérer que l’éther devait être partiellement entrainé par le mouvement de la Terre. C’est logique, si on considère que la vitesse de la lumière est fonction de l’éther. Cela pose un problème théorique , car, de ce fait, il devrait avoir une cassure dans la trajectoire du rayon lumineux à l’approche de la Terre. Mais, si on a une approche relationnelle de l’espace et du mouvement, le problème ne se présente pas de la même manière. Dans une approche relationnelle de l’espace et du mouvement, c’est l’évolution de la relation actuelle entre les corps qui permet le mouvement. Or, pour diverses raisons, cette relation bien quelle soit locale ne peut pas être que locale. Mais c’est trop tôt pour en parler, car il faut découvrir avant comment comprendre le mouvement dans un espace défini de manière relationnelle.

    Mise à part cette différence notable, il est facile de comprendre, avec une simultanéité absolue, dans quel cas on va pouvoir mesurer une différence de vitesse pour la lumière.

    Cordialement
    Philippe de Bellescize

Répondre à ce message